Jardin des plantes de Rouen

Jardin des Plantes de Rouen

114 ter, avenue des Martyrs de la résistance

Graines de jardin

Le jardin des plantes de Rouen est ouvert du 1er janvier au 31 décembre de 8h30 à la tombée de la nuit.

été: 19 h 45 - hiver: 17 h 15. L’entrée est libre.

Site: www.rouen.fr/jardindesplantes

Tél: 02 35 08 87 45

Le parc

A la fois parc familial, lieu d'art et bien sur, espace de conservation d’espèces végétales en provenance des cinq continents, le jardin des plantes offre de multiples possibilités de se faire apprécier.

Dès les premiers pas dans le jardin, on voyage, et surtout on décompresse, on se détend, on s'oublie... en effet, il n'est pas difficile de trouver un petit coin tranquille, pour lire, discuter ou simplement flemmarder. Mais le principal attrait de ce jardin, pour nous visiteurs, est dans son rapport à l'art, des expos dans différents bâtiments, ainsi que des pièces exposées en plein air, et une mise en scène artistique, simple de la nature, tout est fait pour le plaisir des yeux. A tel point que vous croiserez de nombreux peintres qui installent leurs chevalets au sein du jardin.

Vous pourrez aussi croiser des enfants qui guident leurs bateaux sur le bassin central, et bien souvent pourrez écouter une musique agréable ou de la poésie...

Besoin de fraicheur? c'est la que les divers lieux d'expos et d'animations interviennent, offrant des intermèdes d'arts et d'ombres, toujours bienvenus. Autre moyen de trouver la fraicheur, s'abriter sous l'un des hauts arbres du jardin, à l’abri de leurs feuillages.

Si par contre vous n'avez peur de transpirer, la serre centrale est faite pour vous, depuis presque 170 ans, Inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, elle abrite des végétaux de milieu aride, des plantes utilitaires méditerranéennes ou encore es plantes carnivores.

J'allais presque oublier les paons, canards, tortues d’eau qui se promènent au bord du petit canal, faisant le bonheur des enfants, et profitant de cet écosystème attrayant.

 

La vocation culturelle et éducative du parc est en parfait accord avec le goût de la détente des visiteurs. Plusieurs fois remanié pour répondre aux Véritable jardin botanique avec ses collections vivantes et ses banques de graines, le jardin des plantes est aussi un lieu de vie parmi les plus agréables de l'agglo rouennaise, portant haut la nature et les arts.

Un peu d'histoire.....

Découvrez l'histoire de ce magnifique jardin botanique, tel que sur la documentation officielle, reprise ici:

 

À la fin du XVIIe siècle, Louis de Carel, Président en la Cour des Aydes (Magistrature souveraine, qui jugeait les litiges concernant les impôts),

obtint de la communauté des Religieuses Emmurées de Rouen, que lui soit donné un terrain sablonneux sur lequel il désire établir sa propriété. En 1691, Louis de Carel fait entourer le terrain de murs, dessine un jardin et invite le public à s’y promener. La même année, il fait construire le pavillon double qui subsiste de nos jours. Celui-ci accueille aujourd’hui une exposition visant à faire découvrir les parcs et jardins normands remarquables. À sa mort en 1717, ses héritiers le vendirent au célèbre John Law, banquier écossais qui devint Contrôleur Général des finances, sous la régence de Louis XV. Responsable d’une formidable banqueroute, il dut s’enfuir et la propriété passa ensuite entre les mains de divers bourgeois locaux.

En 1741, la proprieté échut à Madame Planterose. Pour le public qui y avait accès comme sous Louis de Carel, ce fut le jardin Planterose.

En 1801, l’acquéreur est François Thillard, limonadier rue des Charrettes. Il y donna de superbes fêtes publiques. De jardin Planterose, la propriété prit le nom de Jardin de Trianon. L’aéronaute Pierre Blanchard et trois ans plus tard, son épouse, s’élancèrent du parc pour une ascension en montgolfière.

En 1811, l’empereur Napoléon fit acheter le domaine pour y établir la Sénatorerie de la Seine Inférieure.

En 1814, il fut rattaché à la Chambre des Pairs pour être à nouveau affecté à des fêtes publiques.

En 1817, une jeune fille, Elisa Garnerin, s’élança en parachute depuis un ballon sur le parc de Trianon.

En 1820, un horticulteur anglais, Monsieur Crac Calvert, loua la propriété. Il y établit des serres pour y cultiver en particulier une collection de dahlias

Le 13 décembre 1832, la Ville de Rouen, autorisée par ordonnance royale, fit l’acquisition du domaine de Trianon, dans le but d’y transférer son jardin botanique, alors implanté en rive droite et devenu trop exigu.

Après diverses études, les plans et devis rédigés par Désiré Lejeune étaient acceptés le 15 juin 1836 et les travaux d’aménagement confiés à Guillaume Dubreuil. Ils durèrent plusieurs années, mais dès 1840, le parc fut ouvert au public. Il prit le nom de jardin des plantes, en référence à celui de Paris. Déjà les collections atteignent plus de 6000 espèces et le jardin contribue au développement des sciences, à la préparation des étudiants en médecine et à la diffusion des espèces, grâce aux échanges de graines. Cette nouvelle période est marquée par la construction de la grande serre (1839 -1842), du groupe des 7 serres(1883) et de l’orangerie(1895-1896).

Le jardin s’agrandit de plus d’un hectare vers la fin du XIXe siècle et voit ses infrastructures se compléter (serres tropicales,1936 -1938).

Pour tenir compte des demandes du public et de l’accroissement des collections, le tracé du parc est plusieurs fois remanié, tout en conservant

ses missions initiales de jardin botanique: le label national de jardin agréé par JBF (l’association des jardins botaniques de France et des pays francophones) lui est attribué en 2004.

Aujourd’hui, le jardin des plantes se présente comme un parc composite, mi-classique, mi-paysager.

Et pour finir encore quelques images....


N'hésitez pas à proposer vos initiatives, événements, découvertes et coups de cœur concernant la Seine-Maritime, le site est citoyen et participatif!


Retour de la pub? Et oui, mais très peu.... Simplement car les frais liés au site (hébergement, matériel...) comme le temps passé par tous les collaborateurs, nécessitent de trouver des sources de revenus.

Pour le moment, les services et la boutique ne sont pas suffisants... Mais promis nous allons contrôler les pubs de la régie.

Et si les autres sources de revenus liées directement à notre travail deviennent suffisantes, alors nous supprimerons cette pub.

Et avec ou sans pub la rédaction, les agendas, fiches et autres articles sont toujours écris bénévolement bien entendu.


Les derniers articles de l’espace News'n'Blog


Nous suivre sur les réseaux sociaux:





*Les livraisons vertes (en vélo, transports en commun, marche, ou achats groupés aux réunions alternatives76.fr) de La Petite Boutique concernent pour le moment, exclusivement les villes suivantes de l'agglomération rouennaise: Bihorel, Bonsecours, Canteleu, Darnetal, Grand-Couronne, Grand-Quevilly, Mont-Saint-Aignan, Oissel, Petit-Couronne, Petit-Quevilly, Rouen, Saint-Etienne-Du-Rouvray, Sotteville-Lès-Rouen.