Parc du CH du Rouvray

Parc du Centre Hospitalier du Rouvray

Entrée principale : 4 rue Paul Eluard, Sotteville-Lès-Rouen

Autres entrées : Par le mur coté gauche du stade de Sotteville et par la rue de Saint-Yon

Tél : 02 32 95 11 48

(Amicale du Personnel Hospitalier du Rouvray qui organise les événements dans le parc)

Site pour les événements : http://www.aphr.fr

Le parc

 Le parc du Centre Hospitalier du Rouvray, profite à la fois d'un calme incroyable et de la politique

de développement durable de l’hôpital, avec notamment l’assurance du "0 produits phytosanitaires"

pour tous les espaces extérieurs.

Apaisant, c'est le mot qui revient le plus souvent pour les habitués du parc. Je ne parle évidemment pas

des jours d'événements, encore que.. Mais de manière général ce parc, souvent oublié des sottevillais eux-mêmes, propose un espace de détente simple et naturel. De ce parc pourtant proche du stade et de nombreuses rues passantes, on entend que le bruit des feuilles, du vent et des oiseaux. Il est aussi très facile de trouver

des points de vues n'offrant que nature, sans arrière plan citadin. Un havre de paix en somme, dont vous

pourrez profiter en amoureux, comme avec les enfants ou des amis pour pique-niquer, jouer ou simplement observer cette belle nature.

En préambule je vous parlais d'événements, et en effet c'est aussi une particularité de ce parc,

l 'Amicale du Personnel Hospitalier du Rouvray organise des expositions, des journées de sensibilisations,

des animations, des concerts, des courses et même de minis festivals rassemblant tous ces moments,

comme pour la journée du souffle en mai. Un lieu simple, sans bling-bling, naturel, discret et qui nous rappel

que cette simplicité est vraiment bénéfique au corps comme à l'esprit, un vrai coup de cœur!

Un peu d'histoire...

Datant du début du 19ème siècle, et créé au départ dans le quartier Saint-Sever, le lieu d’abord dépôt de mendicité : "La maison de Saint Yon" devient un hospice d'aliénés en 1820 "la maison de Saint Yon" 

et le dépôt de mendicité est supprimé.

 

En Août 1822, débutent les travaux de construction du nouvel hospice d'aliénés qui est ouvert en 1825.

Mais le nombre de malade ne cesse d'augmenter,

et en 1845 est décidée la construction d'une succursale rurale sur Sotteville-Lès-Rouen.

Devenant peut pratique et ne permettant qu'un accueil réduit, l’hôpital du quartier Saint-Sever est supprimé, et c'est dans le prolongement de celui de Sotteville qu'un autre établissement sera créé, sur Saint-Etienne-du-Rouvray. Il faudra attendre 1920 pour que le Conseil Général décide de réunir les deux asiles sous une même direction. L’établissement prend le nom de "maison de santé départementale".

 

Comme de nombreux lieux stratégiques de Sotteville, les bâtiments sont bombardés et pratiquement détruits durant la seconde guerre mondiale et des travaux de remise en état débutent en 1946,

depuis le centre ne cesse d’être à la pointe, de l'accueil, de la sectorisation, de la rapidité de prise en charge. Innovant aussi par le cadre apaisant et prenant en considération la nature et les patients et de nombreuses structures extérieures (hôpitaux de jour, centres de consultations...), sur 70 sites extérieurs, qui facilitent l'accessibilité à la prévention et le suivi des prises en charges.