Agenda concerts, octobre 2017

  • Le 06 octobre 2017 - Avishai Cohen - Auditorium du Conservatoire, Rouen, 20h00

"Il y a deux Avishai Cohen sur la planète jazz. C’est le trompettiste israélien installé à New York qui ouvrira la saison de l’Étincelle à l’Auditorium du Conservatoire de Rouen. Il vient présenter son deuxième album pour le prestigieux label ECM, Cross my Palm with Silver, sorti à peine une année après le très beau projet Into the Silence. Un programme de nouvelles compositions qui met en avant un quartet de grande qualité. « L’association de tous ces musiciens constitue vraiment ma dream team » déclare le charismatique trompettiste à propos de ses accompagnateurs, Yonathan Avishai (piano), Barak Mori (contrebasse) et Nasheet Waits (batterie) qui partagent tout son sens de l’improvisation et son intuition pour la structure."


  • Le 12 octobre 2017 - Grèn Sémé, Loya - ECFM Canteleu, 20h30

"Entre poésie rock et rythmes ternaires, Grèn Sémé invente une chanson totalement inédite où le créole, le français et le maloya de La Réunion donnent rendez- vous à Brel, Bashung et Noir Désir. Grèn Sémé, c’est aussi une conscience poétique en butte aux mirages existentiels de la modernité, aux rêves sous blisters, aux imaginaires normalisés. Une façon de regarder le monde tourner sur lui-même avec l’intelligence imprévisible et la force morale d’un gamin, pour qui l’amitié est une idée souveraine. Trois ans après un premier album remarqué, le groupe trouve avec Hors Sol le parfait équilibre entre puissance et fragilité, et s’affirme comme l’une des voix les plus originales de la nouvelle scène francophone."

"Métissage entre acoustique et électro, Loya fait se rencontrer le rythme du Maloya – musique traditionnelle de la Réunion – et les ondes électroniques. Cette alliance vous entraînera dans une randonnée musicale partant de l'océan Indien, traversant l'Afrique, en passant par l'Inde, pour se terminer en Europe."



  • Le 13 octobre 2017 - The Arrs-Crepuscule tour, Evolution Zero - Hipster Café, Rouen, 19h00

Pour remercier tous ceux qui ont soutenu The Arrs depuis 1998, le groupe sera au Hipster Café à Rouen le 13/10/2017 pour une dernière tournée. Une belle affiche et une référence du metal français qui mérite bien de faire un max de bruit !
Pour l’occasion et pour que l’évènement reste « familial », le concert sera limité à 150 places uniquement. De nombreuses surprises en perspective au cours de cette soirée ! Le groupe Evolution Zero (Thrash/Death) assurera la première partie de soirée.
Afin d’ajuster au mieux l’organisation du dernier concert du groupe à Rouen, nous vous invitons dès à présent à prendre vos places en prévente
en MP sur DEEK & CO ou Cedric Agasse ou Vanessa Gortan
Les places sont au tarif de 10 euros !
Merci de votre soutien et à très bientôt pour une soirée metal inédite !

 

"Evolution 0 a vu le jour en 2011, suite à l’envie commune de David (Ex Dement Art, ex SP.O.D) et Jp (Ex EquYnoX, ex Ricky Dozen) de monter un projet sonnant comme les groupes influant de la scène Death et Thrash Metal des années 90. Avec l’arrivée de Cyril (ex Kraken) à la 2ème guitare et en partant d’influences comme Death, Pantera, Slayer ou encore Sepultura pour leurs compos, le line up se stabilise avec l’arrivée de Charlie (Ex Funigus, ex Dyskinesia ) à la basse et de Glerr (Deadly Sin Orgy) au chant.
Le groupe se base pour ses textes sur les faits de société, l’éternel recommencement, les thèmes en lien avec le progrès et le retour permanent à la primitivité."

"Après plusieurs années à investir les scènes d’Ile-de-France, et une démo qui ne tarde pas de lui fonder une solide réputation, THE ARRS, groupe de metal hardcore Parisien sort de l’ombre en 2005 avec son premier album « …Et la douleur est la même » (Beat the all/PIAS). Les 10 titres furieux qui le composent sont très bien accueillis par le public et permettent au quintette d’être reconnu par ses pairs et les professionnels, et ainsi de réaliser une centaine de dates au travers l’Europe. La prestation remarquée sur la main stage du Furyfest 2005 confirmera le potentiel du groupe.
Fort de sa notoriété naissante, THE ARRS sort son second album « Trinité » (Active Entertainment/PIAS) en 2007 et repart sur les routes avec toujours plus de pugnacité. C’est grâce à ses prestations scéniques, réputées ravageuses, que le groupe se retrouve une nouvelle fois au Hellfest aux côtés de grands groupes internationaux.
En 2009, sort « Héros/Assassin » (Season of mist). La maturité acquise durant les précédentes tournées se fait sentir et le groupe affirme encore davantage son authenticité. A mi-chemin entre rythmiques percutantes du hard-core et mélodies du métal, cet album renforce leur position de leader du genre en France. Toujours à l’écoute de son public, THE ARRS proposera même un DVD Live gratuit à tous ses fans, DVD capté par 10 caméras dans la célèbre salle du Trabendo (Paris – FR) pleine à craquer pour l’occasion.
2012 est placée sous le signe du renouveau. Après de nombreuses années de passion, Paskual et Jérôme quittent le groupe, faisant place à Stefo (guitare) et Phil (basse). Fort de ce nouveau line-up, THE ARRS se modernise et débarque sous une nouvelle identité visuelle avec sa plus belle composition "SOLEIL NOIR" (Verycords/Warner Music France). Plus violent, sombre et abouti que ses prédécesseurs, ce quatrième album est d'ores et déjà plébiscité par la presse spécialisée et le public. Qu'on se le dise, THE ARRS est de retour plus percutant que jamais."



  • Le 14 octobre 2017 - Mandale, Red Forest - Mc Daids, Le Havre, 20h00

Venez découvrir 2 groupes qui n'ont aucun rapport à part la ville d'origine et les guitares mal accordées. L'un joue du punk "Mandale" et l'autre du post-rock "Red Forest". Viens!

"Red Forest est né quelque part dans les sous-bois du post rock, là où la rosée du matin panse les plaies causées par des ronciers élégamment tortueux. Bucherons esthètes, la force des quatre Normands réside dans leur capacité à marier le lourd et l’apesanteur, le magma et la glace tout en préservant naturellement un micro climat pur et classieux.
Sur scène, cette dimension de pleine puissance maîtrisée est décuplée. Devenue palpable, elle émeut, percute, transcende. Red Forest brille alors par la sombre clarté de ses sons tout droit tombés du ciel pour mieux y retourner avec nous."

Pour Mandale, j'avoue avoir cherché une bio et des vidéos du groupe, ne le connaissant pas, je n'ai pas trouvé, mais d'après quelques amis, c'est vraiment du tout bon sur scène, fun, bruyant, "bien joué" et sans prise de tête, donc du punk comme on aime...


  • Le 17 octobre 2017 - Inna de Yard - ECFM Canteleu, 20h30

"Vous n’avez jamais entendu la Jamaïque chanter comme ça. Inna de Yard présente des chansons telles qu’elles sont nées, en toute simplicité, dans les yards, les backyards, les arrière-cours. Une voix, une guitare, parfois des percussions Nyahbingy, parfois des chœurs, au gré des vibrations. C’est un retour aux racines du reggae. Fruit de la rencontre du label Makasound et du légendaire guitariste Earl Chinna Smith, ce projet, d’abord discographique, revient aujourd’hui sur scène. Avec une équipe de rêve pour les amoureux de reggae roots, mais aussi pour ceux qui sont curieux de découvrir un reggae authentique et différent, ce retour de Inna de Yard s’annonce comme l’événement reggae de 2017 !"


  • Le 17 octobre 2017 - Les Dissonances - Le Volcan, Le Havre, 20h30

"Le rythme prend le pas sur la mélodie.Pour ce premier rendez-vous de la saison Les Dissonances vous proposent une soirée sous le signe de la danse. 
Les Dissonances reviennent avec de nouveaux projets toujours aussi joyeux et audacieux.
Décrite par Wagner comme « l’apothéose de la danse elle-même » La Symphonie n°7 de Beethoven déclenchait chez Stravinski une vision. Il notait dans Chroniques de ma vie : « J’entrevis dans mon imagination le spectacle d’un grand rite païen : les vieux sages, assis en cercle et observant la danse à la mort d’une jeune fille, qu’ils sacrifient pour leur rendre propice le dieu du printemps. »
Premier orchestre symphonique sans chef d’orchestre, Les Dissonances réinventent la pratique musicale à travers une organisation participative. Depuis plus de dix ans maintenant, David Grimal et son orchestre se produisent sur de nombreuses scènes européennes.

Le 17 octobre 2017 - Les Dissonances - Le Volcan, Le Havre, 20h30

  • Le 19 octobre 2017 - Animation Bray Culture: Balade pour 2 violoncelles et piano - Espace de Forges, Forges les Eaux, 20h30

"Un trio de brillants musiciens proposent un concert dont le programme va de Vivaldi à Piazzola. Grâce à des arrangements uniques en leur genre, les deux violoncelles et le piano se mêlent harmonieusement, avec lyrisme, mélancolie paisible mais aussi énergie mélodieuse."

Le 19 octobre 2017 - Animation Bray Culture: Balade pour 2 violoncelles et piano - Espace de Forges, Forges les Eaux, 20h30

  • Le 20 octobre 2017 - Prince Ringard - Shahmeran, Rouen, 21h00

Bio de Prince Ringard par lui-même:

"Quand j’avais 17 ans, je ne voulais pas bosser alors j’ai fait la manche, je chantais et un copain m’accompagnait à la guitare. Un mec nous a proposé de passer dans son cabaret, on a accepté et j’ai continué de chanter dans des lieux improbables souvent devant un public clairsemé. J’étais rémunéré au chapeau. Ce n’était pas grand-chose mais c’était quand même mieux que de décharger des sacs de ciment de 50 kgs à la gare de marchandise avec les serviettes mouillées sur les épaules pour ne pas se brûler. Je chantais seul en m’accompagnant d’une bande orchestrale, des camarades musiciens me rendaient service pour les enregistrements. Mon mode de vie était incompatible avec un projet en groupe. Je vivais sur mon voilier et naturellement je voyageais beaucoup. Au mois de juin 1994, Mousse a, si j’ose dire, remplacé très avantageusement la bande orchestrale. Je dupliquais moi-même mes K7 que je proposais à la fin de mon spectacle. Même chose pour mes bouquins toujours en autoproduction. Aujourd’hui nous vendons les albums à prix libre et tous les morceaux sont en téléchargement gratuit. Les punks m’aiment bien et ce sentiment est partagé mais je n’ai jamais été punk ni dans la musique ni dans l’apparence. J’ai toujours gardé mon indépendance. Je n’ai rien contre les producteurs, les managers, les tourneurs etc. Mais le monde artistique m’a toujours été complètement étranger. En bref je ne fais pas partie de la famille, c’est comme ça et c’est très bien. D’ailleurs, je ne me considère pas comme un artiste dans le sens noble du terme, pour moi le spectacle c’est le seul moyen de vivre sans bosser c’est tout. Nous sommes en autogestion et ce mode de fonctionnement nous convient parfaitement. Et n’oubliez pas que j’ai un avantage sur la plupart d’entre vous : je ne peux plus mourir jeune.

Jean-Claude Lalanne alias le Prince Ringard.


  • Le 20 octobre 2017 - Children of the Light: Pérez, Patitucci, Blade - Le Volcan, Le Havre, 20h30

"Un hommage à Wayne Shorter par ses fidèles acolytes. Une interprétation revisitée avec le plus grand respect !
Depuis plus de dix ans, ils sont les fidèles complices du Wayne Shorter Quartet, la rolls du quartet. Du monstre sacré du jazz ils ont tout appris.
Depuis, Danilo Pérez, John Patitucci et Brian Blade ont poursuivi une carrière solo. Aujourd’hui ils forment un nouveau trio, avec une idée : laisser place à l’improvisation comme une intrépidité de l’enfance, pour nous offrir leurs interprétations musicales du mythique morceau Dolores, écrit en 1967 par Wayne Shorter pour Miles Davis. Les musiciens sortent en septembre 2015, un album de onze titres, hommage au saxophoniste, baptisé Children of the Light.
« Quand j'ai donné à Wayne une copie de l'enregistrement, je lui ai dit : ceci est pour vous, doc… Comme une preuve d'amour, de reconnaissance pour tout ce que vous nous avez appris », raconte Pérez. Les artistes ont orchestré les morceaux différemment, mais Wayne Shorter est toujours bien présent."


  • Le 20 octobre 2017 - Dizis La Peste - Le 106, Rouen, 20h00

"Disiz la Peste il y a 15 ans a sorti Poisson Rouge son premier disque alors que débutait le nouveau millénaire porté par le tube Je Pete Les Plombs. C’est un artiste qui tant bien que mal n’a jamais accepté d'être catalogué. Après sa trilogie entamée en 2012, “Lucide”, “Extra-Lucide” et “Transe-Lucide”. Après “Rap Machine”, sorte de retour aux sources sans fioriture sorti en 2015 , Disiz a travaillé sur son disque le plus ambitieux. Un disque inclassable, déroutant, viral, généreux, sûr de lui, même de ses failles les plus intimes."


  • Le 22 octobre 2017 - Flotation Toy Warning - Théâtre Almendra, Rouen, 18h00

"Europe and Co et Avis de Passage s'associent et créent un événement qui fait déjà saliver : le retour de Flotation Toy Warning à Rouen, le 22 octobre 2017, sur la scène du théâtre de l'Almendra.  Le groupe mythique sort un nouvel album, The machine that made us, 13 ans après le 1er, l'exceptionnel Bluffer’s Guide To The Flight Deck. 13 ans aussi après son dernier concert à Rouen, une date déjà organisée par ADP à l'époque...
"Après 13 ans de silence, les anglais de Flotation Toy Warning livrent enfin leur deuxième album. Et cela valait la peine d’attendre." France Culture" Flotation Toy Warning aura mis treize ans (seulement) à donner un successeur à Bluffer's Guide To The Flight Deck, pépite de pop rêveuse et aquatique qui avait irradié l'année 2004. The Machine That Made Us rappelle dès les premières écoutes que le groupe britannique fait partie de ces collectifs d'un niveau supérieur, ceux qui portent une esthétique inclassable et unique à chaque seconde de leur discographie, sans influence détectable ni imitateurs identifiés". Coup de cœur, Magic "pop hors du temps aussi brumeuse qu'ambitieuse" Les Inrockuptibles" La majesté qui hante chacune des vibrations profondes de The Machine That Made Us donne à ce disque la patine du temps, la couleur de l’éternité." Pinkushion"


  • Le 26 octobre 2017 - Bigflo & Oli - Le 106, Rouen, 20h00

Bigflo & Oli s'amusent des codes du rap pour mieux s'en affranchir, sans jamais trahir le véritable esprit Hip-Hop. C'est drôle, bien écrit, et à la grande différence de nombre de rappeurs "connus" ils ont vraiment de bons flows, sans besoin d'auto-tune et autre merde.... les textes sont posés avec une précision chirurgicale et les instrus sont elles vraiment bonnes. C'est vraiment du tout bon, sans compter que sur scène la complicité de deux frères et leur simplicité font d'eux de vrais et bons artistes. A voir et à découvrir pour celles et ceux qui veulent autre chose que Jul ou PNL.....