Grèves et mouvements sociaux

Agenda participatif, signalez vos mouvements sociaux et grèves par mail à willy@alternative76.fr

Nous vous proposons les infos glanées sur le terrain, auprès des syndicats et salariés et sur le site cestlagreve.fr.

Rassemblement à l'appel de la SNUipp-FSU, contre la loi Blanquer le 11 février au Havre.

Qui ?

A l'appel du Syndicat National Unitaire des Instituteurs, Professeurs des Écoles et PEGC, affilié à la FSU (SNUipp-FSU) un rassemblement est prévu le février 2019 à 14h00 à l'entrée sud de l'Espace Coty au Havre. Sont concernés tous les salariés de l'éducation nationale, particulièrement les enseignants, et les citoyens souhaitant les soutenir et soutenir leurs enfants. 

 

Pourquoi ?

Appel au rassemblement du SNUipp-FSU Seine-Maritime :

 

Ecole de la confiance, mon œil ! NON À LA LOI BLANQUER !

 

Lundi 11 février, le projet de loi Blanquer (dite « école de la confiance ») passe au parlement. Dans la suite logique des réformes du collège et du lycée, ce texte contient de nombreux dangers...

L’article 1 de la loi « pour une école de la confiance » vise à inscrire dans la loi une obligation de réserve qui n’y figure pas. Cet article a pour objectif de museler les personnels et de faire taire leurs critiques des politiques scolaires et leur opposition à des réformes régressives. Fonctionnaires citoyen, la liberté d’expression est pour les agents une garantie démocratique qui protège les usagers des services publics et protège les finalités de l’intérêt général.

 

L’article 6 prévoit de créer des « écoles des savoirs fondamentaux » et signe ainsi le retour des « écoles du socle », regroupant les écoles et le collège d’un même réseau. Sans concertation, le ministre Blanquer veut supprimer les directeurs ou les transformer en supérieurs hiérarchiques, ce qui va modifier en profondeur l’organisation des écoles, dénaturant le statut des professeurs des écoles et remettant en cause le lien local des équipes avec les familles.

 

L’article 14 réforme en profondeur la formation initiale des enseignants, en prévoyant de placer en responsabilité devant des élèves des assistants d’éducation préparant les concours d’enseignants. Ces

étudiants, sous-payés, devraient allier formation au rabais dans les nouveaux instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE) et heure d’enseignement. Cet article rend toujours plus difficile l’entrée dans le métier et enfonce un nouveau coin dans le statut de la fonction publique !!

 

L’article 17 prévoit d’accorder au gouvernement le droit de prendre des ordonnances sur la

réforme territoriale de l’Éducation nationale. Le 31 janvier, le ministre a précisé qu’il maintiendrait la trentaine de rectorats existants. Mais il ne semble pas abandonner l’idée de fusion des services notamment. Pour la Normandie, la fusion est maintenue, avec de lourdes conséquences pour les agents et les usagers.

 

Pour dire non à la loi Blanquer, Pour dire non à cette pseudo “école de la confiance”, RASSEMBLEMENT LUNDI 11 FÉVRIER, AU HAVRE14h, Espace Coty (entrée sud).

 

Les perturbations :

Rassemblement en lieu fixe, il n'y aura donc pas beaucoup de perturbations, éviter simplement le secteur de l'Espace Coty en voiture. 


Grève des finances publiques du 28 janvier au 15 février

Qui ?

Les agents des finances publiques (DGFiP) sont en grève nationale, à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, Solidaires)

 

Pourquoi ?

Le mouvement concerne l'attribution d'une prime de 200€ et la surcharge de travail due à la mise en place du prélèvement à la source.

 

Voici le préavis de grève déposé par CGT FiP et Solidaires FiP pour la période du 27 novembre 2018 au 31 mars 2019 (La longue période choisie ne veut pas dire grève sur toute la période, mais indique la possibilité de le faire pour les agents, et la période prévue par la majorité s'étend bien du 28 janvier au 15 février.)

 

Monsieur le Directeur,

Solidaires Finances Publiques et la CGT Finances Publiques déposent, conformément aux dispositions des articles L521-2 et 521-6 du code du travail, un préavis de grève qui débutera le 27 novembre 2018 à 00h01 et qui comprend la nuitée en amont de cette journée pour se terminer le 31 mars 2019.

Ce préavis concerne l'ensemble des personnels de la DGFiP quel que soit leur statut.

Ce préavis et destiné à permettre à tous-tes les agent-e-s de la DGFiP qui le souhaitent de participer aux mobilisations et actions de grève qui pourraient voir le jour durant cette période, en lien notamment avec d'éventuelles restrictions en matière de droits à congés.

Pour la DGFiP, Solidaires Finances Publique et la CGT Finances Publiques revendiquent :

  • Le retrait des mesures concernant les règles de mutation et l'ouverture de véritables négociations,
  • L'augmentation de la valeur du point d'indice et le rattrapage du pouvoir d'achat perdu du fait de son gel depuis 2010,
  • La suppression du jour de carence,
  • Une compensation intégrale, pérenne de la CSG, et une augmentation immédiate du pouvoir d'achat,
  • l'arrêt des suppressions d'emplois et des restructurations,
  • L'abandon du plan action publique 2022,
  • L'augmentation des budgets de fonctionnement,
  • Des créations d'emplois statutaires à hauteur des missions dévolues à nos ministères et à leur accomplissement plein et entier,
  • Le maintien de toutes ses missions à la DGFiP et leur renforcement,
  • Le renforcement des droits et garanties des personnels,
  • La reconnaissance des qualifications et des technicités par des plans de promotions dignes de ce nom,
  • Une amélioration réelle des conditions de vie au travail,
  • La résorption de l'emploi précaire,
  • La non-application du RIFSEEP,
  • La levée de votre consigne visant à restreindre les congés en fin d'année 2018, et pour les mois de janvier, février 2019,
  • La suppression des abattements indemnitaires consécutifs au transfert primes/points du dispositif PPCR.

Veuillez agréer, monsieur le Directeur général, l'expression de ma parfaite considération

Pour Solidaires Finances Publiques

François-Xavier Ferrucci

Pour la CGT Finances Publiques

Olivier Vadebout

 

Les perturbations :

L'accueil des usagers dans les centres risque d'être compliqué durant la période de la grève, tout comme les autres moyens de contact (tel, net..)


Grève des employés de l'usine Saipol de Grand-Couronne depuis le 30 janvier

Qui ?

A l'appel des syndicats les salariés du groupe Saipol (Société agro-industrielle de patrimoine oléagineux)  sont en grève depuis le 30 janvier, quatre usines sont en arrêt de production, à Sète, Bassens, Montoir-de-Bretagne et donc en Seine-Maritime à Grand-Couronne.

 

Pourquoi ? 

La CGT à proposée une consultation aux salariés, et trois sujets sont ressortis : 

Augmentation générale de 7 % des salaires,

Prime de 1 500 €

Ouverture rapide des négociations annuelles sur les salaires (NAO)

 

Extrait des propos de la CGT dans Paris-Normandie :

(Article original : https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/industrie/des-employes-de-l-usine-saipol-de-grand-couronne-en-greve-AH14573726) 

« Ces 7 % ne sont qu’un rattrapage puisque nos salaires sont gelés depuis quatre ans, depuis que notre groupe Sofiproteol est devenu groupe Avril qui possède pourtant les huiles Lesueur et Puget par exemple ! Ce chiffre de 7 % correspond à l’augmentation que se sont octroyée les dix plus hauts salaires du groupe ! », précise le syndicaliste, qui revient sur la prime Macron : « Nous avons touché, suivant les salaires, de 150 à 300 €, bien loin de l’annonce présidentielle ! »

 

Les perturbations :

La production et donc la distribution de biocarburants est forcément impactée.


Grève des fonctionnaires territoriaux, jusqu'au 28 février

Qui ?

En poursuite du mouvement de décembre la CGT  Services Publics a déposé un préavis de grève national pour les fonctionnaires territoriaux des collectivités (communes, départements, régions).

 

Pourquoi ?

Les revendications concernent principalement les salaires et les suppressions de postes.

Voici le préavis de la CGT :

 

Madame et Messieurs les Ministres,

Le pays traverse une crise sociale et politique d’une gravité exceptionnelle. Le mouvement des gilets jaunes, la mobilisation lycéenne, les luttes engagées dans la période, démontrent que le monde du travail, la jeunesse, les retraités rejettent massivement la politique antisociale du gouvernement et sont disponibles pour la mobilisation collective. La Fédération CGT des Services publics s’en félicite.

 

Nous condamnons la répression féroce visant à mettre un terme à l’expression des revendications. Nous déplorons qu’il ait fallu des morts et des blessés pour que le gouvernement commence à entendre l’exigence de justice sociale que les organisations syndicales portent de longue date. Pour autant, les réponses apportées à ce stade ne sont clairement pas à la hauteur des attentes.

C’est une augmentation générale des salaires, pensions et minima sociaux qui est nécessaire, et qui doit être financée par une contribution fiscale accrue des plus fortunés.

 

Dans la Fonction publique, le gouvernement a encore fait le choix le 21 décembre de ne pas répondre aux revendications salariales. Alors que le « grand débat national » annoncé par le président de la République comprend un volet relatif aux services publics, vous semblez également persister dans votre volonté de briser le Statut des fonctionnaires et de réduire drastiquement le périmètre des missions de la Fonction publique. Alors que montent les exigences de justice sociale et de renforcement des services publics de proximité, et la volonté de pouvoir tout simplement vivre sans la peur du lendemain, le gouvernement prévoit en particulier :


- de généraliser la possibilité du recrutement contractuel, c’est-à-dire de développer la précarité, d’accroître les inégalités entre agents, d’ouvrir les vannes au recrutement clientéliste ou partisan et de faire peser des risques majeurs sur l’égalité de traitement entre usagers ;
- d’affaiblir les libertés syndicales et les organismes de représentation, et de soumettre ainsi davantage les agents à l’arbitraire ;
- de généraliser l’individualisation et le caractère aléatoire des rémunérations, facteurs d’inégalités et de précarité pour les personnels ;

Ces orientations sont combattues par toutes les organisations syndicales de la Fonction publique. Si la présentation du projet de loi relatif à la Fonction publique devait avoir lieu début 2019, cela confirmerait nos forts doutes quant à la volonté gouvernementale de tenir compte des résultats du « grand débat national ».

Les projets gouvernementaux concernant notre système de retraite sont également porteurs de reculs dramatiques.

 

Pour ces raisons, nous revendiquons :
- Le dégel immédiat du point d’indice de la Fonction publique et l’augmentation des salaires du public et du privé sur la base du SMIC à 1 800 €, des pensions et des minimas sociaux ;
- Le rétablissement de l’Impôt Sur la Fortune ;
- L’arrêt des suppressions de postes et fermetures des services publics, la réouverture de services publics et sociaux de proximité pour répondre aux besoins des populations dans une organisation équilibrée et écologiquement responsable des territoires, qui passe notamment par un développement du transport ferroviaire, par la lutte contre la concentration de l’activité sur les métropoles, véritables « territoires entreprises » au seul service des grands groupes donneurs d’ordres et de leurs actionnaires, par le maintien des départements et des compétences communales, et par le réengagement financier de l’État à hauteur des besoins exprimés ;
- Le recrutement massif d’emplois statutaires et l’ouverture de postes nécessaires, à l’opposé des régressions contenues dans le plan Action Publique 2022 ;
- L’arrêt de toute augmentation du temps de travail et la réduction du temps de travail à 32h ;
- La sauvegarde et le développement de notre système de protection sociale et de notre système de retraite, à l’inverse du système par points voulu par le gouvernement.

 

Afin de permettre aux personnels d’exprimer leurs revendications et de prendre des décisions d’action, la Fédération CGT des Services publics dépose des préavis de grève de 0 h à 24 h pour les journées des 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30 et 31 janvier 2019  (Mise à jour : un nouveau préavis a été déposé par la CGT pour les agents de la Fonction publique territoriale du vendredi 1er février au jeudi 28 février 2019. ) pour l’ensemble des agents de la Fonction publique territoriale et pour les salariés relevant de la partie privée de notre champ fédéral (entreprises de l’eau et de l’assainissement, thanatologie, secteur privé du logement social).

Notre organisation reste disponible pour toutes négociations sur les revendications du personnel, tant sur le plan national que local.

Nous vous adressons, Madame et Messieurs les Ministres, nos sincères salutations.
Pour la Fédération CGT des Services publics,

Baptiste TALBOT
Secrétaire général 

 

Les perturbations :

Le principe est de laisser les agents choisir leurs dates et modalités de mobilisation au niveau local.

 Le mouvement pourrait avoir des incidences sur  les services publics des villes, départements et régions.


Nouveau rassemblement du collectif des assmat en colère le 09 mars à Rouen

Qui ?

Rassemblement organisé par le collectif des assmat en colère, FO et CGT 76/27

le lieu et l'heure sont encore à définir, mais ce sera à Rouen

 

Pourquoi ?

Les assistantes maternelles s'opposent à la réforme du cumul emploi-chômage qui les précarise encore plus.

Retrouvez également  notre article complet qui donne la parole aux "assmats" ici.

 

Propos du collectif :

 

Le gouvernement a lancé le processus de renégociation de la convention UNEDIC, c'est dans ce cadre qu'il entend imposer plus de 3 milliards d'économie aux partenaires sociaux. Des économies drastiques qui ne sont pas sans conséquence sur le quotidien des assistantes maternelles.

 

Alors que jusqu'à présent, la perte d'une partie de son activité suite à un déménagement, l'entrée à l'école de l'enfant, ou la perte d'emploi du particulier employeur pouvait être compensée par Pôle Emploi, le scénario proposé par le MEDEF visant à diminuer le complément d'activité est totalement inadmissible pour des salariés qui permettent à des millions de français de faire garder leurs enfants et ainsi pouvoir aller travailler !

 

La réforme envisagée par le gouvernement va nous rendre encore plus précaire, refusons la régression sociale !

 

Les perturbations :

Pas de perturbations majeures prévues, il s'agit d'un rassemblement en lieu fixe, donc peut-être des difficultés de circulation aux abords.


Le mouvement des gilets jaunes continue

Qui ?

Parti à l'origine d'une pétition sur le net contre la hausse régulière du prix du carburant, de nombreux citoyens de tous bords, avec ou sans étiquette politique ont rejoint le mouvement et lancés l'idée d'une journée de blocage et de revendications. Certains syndicats de police ont eux aussi rejoint le mouvement, et ne verbaliseront pas les bloqueurs.  "Soutenu par un très grand nombre de français, ce mouvement devrait également s’élargir logiquement à de nombreuses professions telles que les taxis, les routiers, les chauffeurs VTC, les livreurs, les ambulanciers." Une nouveauté pour l'acte 6 prévu samedi 22 décembre, un mot d'ordre disant "Partout sauf Paris", ce seront donc les villes de province qui seront impactées. Cela pour éviter l’excès de violence des derniers samedis sur Paris.

 

Pourquoi ?

Tout part d'une pétition contre la hausse du prix du carburant, qui pénalise énormément les gens habitant en campagne ou en banlieue éloignée des centres d'activités.  S'en est suivi un mouvement populaire aux revendications divers, marquées par l'exaspération à l'encontre de la politique gouvernementale actuelle.

Parmi ces revendications on retrouve bien sur l’arrêt de la hausse des prix du carburant, mais aussi l'augmentation du cout de la vie en général, la diminution de nombreuses aides, la privatisation de nombreux services engendrant une baisse de qualité... Il y a aussi plusieurs revendications écologiques importantes, car le gouvernement explique la hausse des taxes sur les carburants par la nécessité de financé la transition énergétique, ce qu'il ne fait que trop peu..., et donc de nombreux citoyens veulent faire entendre leurs propositions comme : Le retour de l'ISF, une lutte efficace contre l'évasion fiscale, la réhabilitation des petites gares sncf, à l'inverse des fermetures prévus par le gouvernement.... le développement du fret ferroviaire, des énergies renouvelables, des réseaux de transport en commun etc... 

Attention toutefois, il a été constaté que des mouvements d’extrême droite souhaitent s'emparer du mouvement, il convient donc de les mettre à l’écart et ne pas suivre leurs mots d'ordres, ou se les réapproprier avec intelligence. Restons citoyens et pacifistes sur ce mouvement !

 

Ci-dessous les doléances gilets jaunes citoyens du Rond-Point des Vaches à Saint-Étienne-du-Rouvray :

Les perturbations :

 

Principaux  lieux de blocage toujours actifs sur le département :

Saint-Étienne-du-Rouvray, rond-point des Vaches.

 

Grand-Quevilly, le rond-point du Zénith

 

Dieppe, rond-point Auchan.

Neuville-lès-Dieppe, Eurochannel et Toshiba.

 

Rouxmesnil-Bouteilles, rond-point d’Arques-la-Bataille.

 

Zone industrielle du Havre, centre routier.

 

Fécamp, rond-point Leclerc.

 

Gonfreville-L’Orcher, au niveau du centre routier.

Port-Jérôme-sur-Seine, boulevard industriel, et rond-point Radicatel.

 

De grandes manifestations sont également prévues  dans les centres villes, notamment à Rouen chaque samedi.

La circulation est forcément compliquée autours des axes de manifestation.


Commentez, ajoutez des événements et actions :

Participez aux agendas: Mouvements sociaux

Cette partie est la votre, vous êtes libre!

Libre de commenter ou d'ajouter des précisions sur les événements de l'agenda, mais vous pouvez aussi en ajouter, simplement, par le biais des commentaires.

Seuls seront refusés les événements faisant la promotion de la haine, du racisme, du déni de la pollution, de la violence ou prônant le sectarisme. Pour le reste, pas de soucis!

Précisez date, lieu, artistes, quelques infos, une photo, un lien s'il y en a...

Et nous les placerons dans les agendas le plus vite possible

3 commentaires