· 

Municipales 2020 : bilan en Seine-Maritime

Ces élections municipales ont été marquées par une abstention record dont nous allons voir ensemble les causes, et par l’apparition de très nombreuses listes "citoyennes" réunissant plusieurs formations politiques ou s'en affranchissant, et la Seine-Maritime ne fait pas exception.  Pour les résultats complets ville par ville, n'hésitez pas à faire un tour par ici : https://election-municipale.linternaute.com/resultats/seine-maritime/departement-76#villes-seine-maritime

Les raisons de cette abstention record

Alors que certains voient dans cette abstention massive(60,11%) le résultat de la crainte engendrée par la crise sanitaire, et cela a sans aucun doute joué, il est important de décrypter les raisons plus profondes de ce désamour citoyen envers la politique, y compris locale.

 

Parmi les raisons invoquées le plus souvent par les abstentionnistes que nous avons rencontré,  il y a le fait  de ne plus croire  au pouvoir des maires, voir des métropoles , en effet de très nombreuses personnes évoquent le fait que pour elles, tout se joue plus haut ( au niveau de l'état, voir uniquement au niveau des grands groupes financiers qui ont ou auraient fait main basse sur la plupart des décisions) , autre raison évoquée, le fait que quelque soit le mouvement politique, la parole du citoyen n'est plus écoutée une fois les élections passées, et que finalement, gauche, droite, centre, apolitique... le résultat sera le même, et  que par conséquent il n'est plus si utile de voter !

 

Vous me direz, ces rengaines reviennent à chaque élection, certes, sauf que  cette fois, ce n'est plus l'apanage d'une minorité et que ces pensées sont maintenant majoritaires. A tord ou à raison, le fait est que c'est ainsi, un grand nombre de gens  préfère agir directement, hors politique, sur la vie locale, par le biais d’associations, de mouvements citoyens, par la création  de médias locaux etc...

 

Ce n'est donc pas un désintérêt de la vie publique mais bien de la politique traditionnelle qui peine à se renouveler et à coller aux attentes des citoyens. En résulte d'ailleurs les tentatives parfois couronnées de succès des listes "apolitiques" et, ou, d'unions transpartisanes.

 

Point important concernant cette abstention, elle est notoirement plus importante dans certains secteurs des grandes agglomérations avec par exemple un taux dépassant les  70% sur Rouen ou Sotteville-lès-Rouen, la ou elle est inférieure à 50% sur Forges-les-Eaux ou Offranville par exemple.  Sans doute pour les raisons évoquées plus haut et qui font que les habitants des grandes citées pensent que les décisions sont prisent "plus haut", à l'inverse, dans les communes ou l'abstention est moindre, les citoyens nous disent constater concrètement , en bien ou en mal d'ailleurs,  le travail du maire et de son équipe.  Il est donc à parier que pour les élus sincères dans leur démarche, la principale mission de leur mandat sera de renouer le lien avec la population et prouver par des actions et mesures concrètes qu'ils sont à l'écoute et ont un réel pouvoir dans de nombreux domaines.

Contrairement aux poncifs des grands médias, aucun parti n'a subi de grosse perte ou n'a explosé les scores !

Si les médias rabâchent que certains partis ont pris des claques électorales, et que d'autres sont au contraires sortis renforcés après ce second tour, force est de constaté que ce n'est absolument pas le cas en Seine-Maritime ou le rapport de force est toujours le même avec une majorité d'élus de gauche, et ou, seul les listes sans étiquette semblent prendre un peu de poids comme nous l'évoquions plus haut.

Il suffit de regarder les résultats dans les 62 communes de plus de 3 000 habitants pour le constater :

 

Parti socialiste : de 16 à 16 élus,  en stagnation

Parti communiste français : de 8  à 8 élus, en stagnation

Divers gauche : de 7 à 9 élus, en augmentation de 2

La France insoumise : de 2 à 1 élus en diminution de 1

Total gauche : de 33 à 34 élus en augmentation de 1

 

Union des démocrates et indépendants  : de 4 à 3 élus en diminution de 1

Mouvement radical  : de 2 à 1 en diminution de 1

Total centre : de 6 à 4 en diminution de 2

 

Divers droite : de 12  à 13 en augmentation de 1

Les Républicains : de 10 à 7 en diminution de3

Total droite : de 22 à 20 en diminution de 2

 

Sans étiquette : de  1 à 4 en augmentation de 3

Des maires sortants favorisés par la crise sanitaire et l'étrange campagne qui en a découlé !

Autre constat important, lorsque l'on observe en détail les résultats (40 maires réélus sur 62 dans les communes de plus de 3000 habitants, et c'est finalement assez logique, les maires sortants qui se sont présentés auront été avantagés par cette campagne étrange. En effet, alors que les candidats d'oppositions n'ont pu bénéficier d'une exposition classique, les maires en places, ont eux pu faire valoir leurs actions solidaires pendant le confinement, ce qui leur aura conféré un avantage certain en terme de communication, avec le fameux "regardez ce que nous avons fait pendant cette crise", y compris d'ailleurs quand il n'ont pas fait tant que cela, voir quand ils n'ont fait qu'appliquer les mesures gouvernementales. Un problème de visibilité, qui ajouté à l'abstention record, fait que certains contestent la légitimité de ces élections ! Évidement, il y a aussi des villes ou ses réélections sont le fruit d'un travail de terrain au quotidien et de résultats approuvés par les citoyens, et nous ne l'oublions pas, mais il est impossible de ce dire que tous ces résultats auraient été les mêmes sur une campagne classique.

Les dissidents, seuls vrais perdants de ces élections...

Si nous devions désigner les perdants de ce second tour, il s'agirait certainement des dissidents des grands mouvements politiques, qui n'auront pas su convaincre les électeurs de leurs partis ni les indécis. C'est le cas à Amfreville-la-Mi-Voie avec la candidate dissidente PS ou à Forges-les-Eaux avec le dissident LR par exemple. Pourquoi ? Sans doute car pour bon nombre de citoyens,  ces candidatures sont parfois considérées avant tout comme le fruit d'ambitions personnelles ou ayant des programmes trop proches des candidats "officiels". Une exception toutefois, la victoire à Mont-Saint-Aignan de la dissidente UDI.

L'union aura parfois été nécessaire

Que ce soit à gauche comme à Rouen, ou à droite avec entre autre Le Havre, certains candidats de grands partis auront dû réussir des unions assez larges pour accéder aux mairies tant convoitées.  il est à noté qu'en ce qui concerne le Ps l'union s'est faite sur la gauche, avec une belle place laissée aux colistiers PC et LFI, mais également sur fond d'écologie avec EELV, la ou au contraire du coté de la LREM l'alliance ne s'est faite qu'avec les habituels alliés du Modem,  de LR et plus rarement de l'UDI.

Les maires élus des villes de plus de 3000 habitants :


Écrire commentaire

Commentaires: 0

! Pour des raisons familiales et professionnelles importantes le site tourne au ralenti cet été, retour à la normale des publications dès le 01 septembre !

TST Radio en direct :

Radio associative rouennaise Pop, Rock, TST valorise les artistes indés,  les arts vivants et les initiatives locales. Talks et infos présentés par des animateurs de talent, ponctuent la programmation.   Vers le site de TST Radio

Notre web-tv locale :

Retrouvez plus de vidéos et toutes nos thématiques sur la page télé76


A la Une sur le site   :

Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux :


Ils nous soutiennent et on les aime :

Des associations, entreprises locales, artistes qui nous soutiennent soit par des liens et de la promotion, soit en participant à notre cagnotte en ligne annuelle qui permet au projet de rester en vie. (Cliquez sur les images pour aller sur les sites ou pages de nos amis)


Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.