· 

Élections européenne : Les résultats et notre bilan

Des déceptions et un peu d'espoir...

Les résultats des élections européennes du 26 mai 2019 peuvent êtres considérés comme une grande déception pour nombre d'entre nous, avec notamment la première place du RN en France et les faibles résultats de plusieurs partis de gauche comme la FI qui est à peine au dessus du score nécessaire à l'obtention de députés, ou pour le PC et la liste Géneration.S menée par Benoit Hamon qui sont en dessous de ce seuil fatidique des 5% nécessaire pour avoir des eurodéputés. Pour d'autres au contraire ces élections sont une victoire, une victoire car la participation est en hausse partout en Europe, une victoire car le RN fait moins bien qu'aux élections de 2014, perdant un eurodéputé, et enfin une victoire car l'écologie est replacée au centre des débats et les "verts" réalisent un très beau score dans de nombreux pays.

 

Pour nous ? Le constat que des débats tronqués pendants plusieurs semaines, des médias complaisants jouant le jeu du "RN ou LREM et rien d'autre", le manque d'informations à l’égard de nombreux partis, et l'impossibilité de trouver tous  les bulletins dans les bureaux de votes... tout cela couplé  à la règle des 5%  pour avoir des eurodéputés et celle des 3% pour le remboursement des frais de campagne, tend à nous faire dire qu'il y a un véritable soucis de fond sur le principe "démocratique" de ces élections.

Autre constat, le fait que de nombreux partis aux idées et programmes proches se sont plus tiré dans les pattes entre eux, plutôt que de chercher l'unité, chacun se disant "plus..." que les autres, constat valable à gauche comme à droite, dans des partis "historiques" comme chez les plus "différents et originaux"...

 

Enfin, il est aussi toujours aussi incroyable de constater le manque d’intérêt pour ces élections qui ont pourtant une importance considérable sur notre vie locale, notre quotidien, et surtout le nombre important de gens votant sans lire les programmes, sans vérifier le travail fait (ou pas) par les députés sortants, votant donc juste pour un nom, ou parfois en sanction ou approbation d'une politique nationale… Au final le parlement européen ne changera pas tant que cela de visage, conservant une ligne libérale plutôt à droite,  à l'exception donc d'une plus grande présence des écologistes d'un coté (l'unique bonne nouvelle source de possibles changements de ces élections, pour nous) et une petite montée dans certains pays des populismes les plus abjectes, mais pas d'inquiétude outre mesure en ce qui concerne ces derniers, ils sont ostracisés de manière récurrente au parlement et n'ont jamais de missions "actives", de plus ce sont les champions de l'abstention aux différents votes et les eurodéputés traditionnellement les moins présents au parlement.   

 

Nous vous proposons un bilan en trois parties : Au niveau européen, national et enfin départemental avec les chiffres officiels complets et nos analyses des résultats pour comprendre et décortiquer ce qui s'est produit.

Les résultats au niveau européen :

En détaillant les résultats à l'échelle européenne, nous pouvons constater l'arrivé de 30 parlementaires appartenant à des groupes qui n'étaient pas présents dans le parlement sortant, cela reste une bonne nouvelle quand au pluralisme, du moins en théorie, car en pratique, étant donné le système de groupe nécessaire pour faire des propositions, ils devront s'allier et sans doute se plier à la politique de certaines forces en présence. 

 

On constate aussi une légère hausse pour les libéraux, et une baisse équivalente chez les conservateurs comme chez les socialistes, et donc un passage de 69 à 109 eurodéputés pour le groupe ADLE et Renaissance (LREM en France…), donc pour celles et ceux qui parlent de vote sanction envers LREM avec leur deuxième place en France, ce n'est pas le cas, au contraire ils ont parfaitement réussi à faire grandir leur vision de la politique européenne et pourront encore plus facilement appliquer cette politique libérale à l'échelle nationale.

 

Notons pour finir que plusieurs pays ont placé en tête des partis populistes ou nationalistes, comme l'Italie, la Pologne ou le Royaume-Unis, ça s'est pour la mauvaise nouvelle, la bonne venant du fait que le Royaume-Unis a aussi, avec d'autres pays comme la Belgique, l'Allemagne et la Finlande placé les écologiques à plus de 15%, preuve d'une prise de conscience assez généralisée de l'urgence. Mais la encore c'est question de vision, car on peut tout aussi bien considérer que 15% des votants est un chiffre encore trop faible pour avoir un réel impact dans l’immédiat, d'autant qu'avec le recul des listes de gauche, les écologistes ne trouveront pas forcément le soutien nécessaire au parlement.

Les résultats français :

23 sièges pour le RN c'est beaucoup trop, mais c'est toujours un de moins que précédemment ! Ils auront beau parader dans les médias en nous expliquant qu'ils sont le premier choix des français, qu'ils sont devant le parti du gouvernement… ils ne pourront pas agir plus que ce qu'ils ont fait durant le mandat de 2014 à 2019. Surtout quand ont sait qu'ils sont les rois de l'abstention et de l'absentéisme et qu'ils sont mis à l'écart par la plupart des autres groupes. 

 

LREM comme la plupart des partis libéraux européens font des scores qui leur permettent une plus grande implantation libérale nous l'avons vu plus haut. Pour autant est-ce qu'un parti gouvernant qui réalise finalement à ne rassembler que 10% des inscrits (22% des votants) peut se vanter de son score ? Certainement pas, et on voit bien que pour eux comme pour le RN les scores sont en gros les mêmes qu'à la présidentielle, ne réussissant pas à rassembler au delà de leur base.

 

Le PS lui surprend certains observateurs en franchissant la barre des 6% de votants tout comme LR (dans son union de la droite et du centre), mais c'est peut être la l'un des grands enseignements de ces élections pour nous : Ces deux courants historiques qui ont gouverné la France durant des décennies, n'arrivent plus à rassembler qu'un peut plus de 3 millions d'électeurs à eux deux ! Ce n'est plus une sanction, mais bien la confirmation de la fin d'une certaine idée de la politique. 

 

Passons aux listes de gauche, qui la aussi, elles font chacune un score assez faible, surtout par rapport aux campagnes fortes des uns et des autres. Mais force est de constaté que la division coute de nombreux sièges, car au niveau européen de très nombreux points communs existait entre les programmes de FI, du PC, de Géneration.S mais aussi de LO. Car si ces partis avaient fait liste commune pour porter la volonté d'une Europe sociale, d'une Europe des citoyens tout en mettant en avant un programme écologique fort, ils seraient à minima à 13% (l'addition de leurs scores respectifs) mais sans doute à beaucoup plus, car de nombreux électeurs se sont désintéressés de ces listes justement à cause de ces divisions et luttes d'égos… Espérons qu'enfin une leçon soit tirée de tout cela.

 

Et le mouvement des Gilets Jaunes ? Nous en parlons souvent et relayons ce mouvement citoyen, aussi pour le suivre avec attention il était claire que par sa forme actuelle, il ne pouvait influencer sur les élections, et ce fut le cas. Pourquoi impossible ? Car ce qui précisément définit le mieux le mouvement est le pluralisme ! Pluralisme des "origines politiques", pluralisme des aspirations collectives...

On constatera donc que chacun aura voté (ou pas) comme à son habitude, aucun candidat ne réussissant à synthétiser les aspirations collectives du mouvement, et, comme nous le disions plus haut, la division des forces de gauche à forcément accentuée le phénomène. D'autres formes de combats vont forcément naitre de ce constat pour que le mouvement progresse.

 

Terminons par une note positive malgré tout : Le bon score des mouvements écologistes, et principalement de Europe Écologie qui montre que la prise de conscience citoyenne de l'urgence climatique se fait. Mais la aussi le score aurait été meilleur avec une liste unique et une ligne sociale claire. Et maintenant pour les 13 eurodéputés d'Europe Écologie va commencer le plus dur : respecter le choix des électeurs en majorité proche des idées d'alternatiba, c'est à dire l'idée d'un changement de système, d'une sortie du capitalisme libéral qui empêche toute avancée écologiste et envoie l'humanité à la mort. C'est en tout cas ce qu'a promis Yannick Jadot, espérons alors… car l'autre option est de suivre au gré du vent les tendances et s’allier parfois avec le groupe social démocrate ou le groupe libéral, et dans ce cas les électeurs ne le pardonneront pas, vu l'urgence climatique !

 

Je pensais terminer sur cette note d'espoir, mais une chose me trotte dans la tête sur ces résultats français : Qu'en serait-il si tous les partis avaient eu droit au même temps d'exposition médiatique ? s'ils avaient eu accès aux grands débats ? S'ils avaient pu s'exprimer comme RN et LREM ?  Car je n'ai pas souvenir d'avoir vu ou entendu par exemple le parti pirate ou le parti animaliste, il y a même des partis dont je n'ai découvert l'existence que deux jours avant les élections en faisant une "revue d'effectif" fastidieuse. 

Qu'en serait-il également si tous les bureaux de vote disposaient des bulletins de tous les candidats ? On me rétorquera qu'il s'agit d'une question de frais, que les petits mouvement ne peuvent financer les impressions et envois à tous les bureaux, soit, mais n'est ce pas précisément parce qu'ils n'ont pas cette visibilité qu'ils ne peuvent atteindre le seuil de remboursement des frais de campagne (3% des exprimés) ? Le serpent qui se mort la queue en somme, d'où le fait que les partis libéraux soient les mieux servis, en effet, eux bénéficies de forts soutiens financiers… Il y aurait donc des choses à revoir dans le mode de fonctionnement de ces frais de remboursement et dans la gestion de la présence médiatique des uns et des autres pour que ces élections soient réellement démocratiques, ceci expliquant sans doute une partie du désintérêt de certains citoyens en France aux européennes. 

Les résultats en Seine-Maritime :

Si nous nous attardons sur notre département, force est de constater le score du RN au dessus de la moyenne nationale, qui prouve que le travail de terrain pour le vivre ensemble et l'accès à la culture (barrage le plus efficace contre le racisme et le populisme) est encore énorme en Seine-Maritime pour changer les choses.  Le faible résultat d'Europe Écologie (3% de moins qu'à l'échelle nationale), va dans le même sens.

 

Tout cela n'est contrebalancé que par un relatif meilleur score de FI et du PC (+1% qu'au niveau national), et par une participation légèrement supérieure elle aussi (+3%). Participation qui sur le département ne profite pas à LREM en dessous du score national également, tout comme l'Union de la Droite et du Centre. Ceci tendant à montrer une certaine différence dans la vision politique des seinomarins par rapport à d'autres régions de France. Une vision plus tranchée et une plus grande implication citoyenne.

Mais cela montre aussi des clivages importants entre deux optiques politiques très différentes : Une partie ouverte et alternative souhaitant de grands changements, une meilleure politique sociale, plus d'égalité à tout les niveaux, de l'écologie etc... et une seconde partie,qui elle s'enferre de plus en plus dans un vote de rejet, de fermeture, de haine, qu'elle ne comprend pas toujours, et qui pour le moment empêche tout échange.

 

Entre ces deux visions, une troisième partie de l'électorat aura voté "utile", ce que je ne comprendrais jamais, car il n'y a d'utile que le vote en accord avec ses convictions, mais passons…

 

D'autres enfin, moins qu'ailleurs mais tout de même la frange la plus importante du corps électoral, se sont abstenus, certains les blâmerons, pas nous ! Car d'une part le vote est un droit, pas une obligation, et si aucun candidat ne vous parait crédible ou raccord avec vos idées, qu'elle autre façon de le dire ? D'autre part, il y a aussi une grande abstention "forcée", en effet, entre le fait de ne laisser en France qu'une seule journée pour voter, qui plus est un dimanche de Fête des Mères, et le fait que de nombreuses personnes n'ont pas reçu leur carte d'électeur, que d'autres n'ont pas eu accès aux bulletins de nombreuses listes, et divers autres couacs.

Au niveau des communes :

Nous terminerons cet article en vous proposant les résultats complets des dix communes les plus peuplées de Seine-Maritime ainsi que des quatre les moins peuplées (cliquez sur les images pour les agrandir). On constatera que grandes ou petites les communes seinomarines se distinguent par ce particularisme dont nous parlions plus haut et placent Europe Écologie, FI, le PC ou encore l'Union de la Droite et du Centre en seconde position.

 

Autre constat local au vus de ces résultats : A Rouen, gérée par le PS, ce parti n'est pas loin de faire son pire score, et au Havre le parti de la municipalité, LR (Liste Union Droite et Centre) fait également un bide, alors qu'à l'inverse les villes gérées par des communistes ou des proches des insoumis, ces partis font leurs meilleurs scores, nous en conclurons que les actions de ces partis sont validées la ou ils sont en fonction et ont de la visibilité, à l'inverse du PS et LR qui eux subissent un vote sanction important sur le département.

Les résultats des dix communes les plus peuplées :

Et ceux des quatre communes les moins peuplées :


Écrire commentaire

Commentaires: 0

TST Radio en direct :

Radio associative rouennaise Pop, Rock, TST valorise les artistes indés,  les arts vivants et les initiatives locales. Talks et infos présentés par des animateurs de talent, ponctuent la programmation. 

Vers le site de TST Radio.

Soutenir le projet sur leetchi :

Ce projet en tant qu'initiative citoyenne, sans financement extérieur ni subvention, coute plus qu'il ne rapporte, malgré la pub mais aussi des ateliers et autres activités qui couvrent une partie des frais.  Règlement annuel du CMS/hébergeur du site, impressions de photos et documentation pour divers événements et causes, frais de transports,   réparation de matériel... les couts grimpent vite, et ce malgré une rédaction  100% bénévole. Voila pourquoi nous avons besoin de vous, pour maintenir ce projet qui nous tiens à cœur. Vers la cagnotte Leetchi. Autre moyen de nous soutenir : désactivez votre bloqueur de pubs. Et bien sur, s'il n'y a pas de nouvelles sessions acoustiques et reports ces jours-ci, c'est à cause de l'appareil photo hs…. Donc n'hésitez pas, pour nous permettre de racheter un boitier, c'est l'urgence du moment ! D'autant que l'appareil sert pour les reportages, les sessions, mais aussi pleins d'actions bénévoles ( ateliers, suivi de la saison des enfants au Stade Sottevillais etc..) Bonne journée tout le monde !


A la Une sur le site :

Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux :


Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.