· 

Grève nationale des fonctionnaires le 9 mai 2019

Grève nationale des fonctionnaires le 9 mai 2019

Qui ?

Les sept principaux syndicats appellent tous  les agents de la Fonction Publique à se mettre en grève au niveau nationale le jeudi 9 mai 2019.

Pourquoi ?

Ils dénoncent le projet de réforme de la fonction publique et ses conséquences sur les conditions de travail.

 

Nous vous proposons l'appel de l'intersyndicale :

 

Les organisations syndicales CFTC, CGC, CGT, FAFP, FSU, Solidaires, UNSA Fonction publique affirment de nouveau leur attachement aux valeurs du service public et à une Fonction publique au service de toutes et tous, porteuse de l’intérêt général.


Elles appellent les agents publics :


 •  à se rassembler devant les préfectures le 27 mars, jour de la présentation du projet de loi au conseil des ministres ou à Paris, place Chassaigne-Goyon entre 12 et 14h.


 •  à faire du jeudi 9 mai une étape forte par une journée d’action et de grève.

 

Depuis de nom­breux mois, en dépit de leurs reven­di­ca­tions et pro­po­si­tions, elles cons­ta­tent que le pou­voir exé­cu­tif pour­suit une poli­ti­que néfaste pour la popu­la­tion, pour les mis­sions publi­ques et pour les agent·e·s. Le gou­ver­ne­ment pra­ti­que le double lan­gage en prô­nant la moder­ni­sa­tion de la Fonction publi­que et le res­pect des agent·e·s public·­que·s, alors même qu’il ne reva­lo­rise pas leur rému­né­ra­tion, qu’il sup­prime des postes et veut affai­blir leurs droits et garan­ties.

 

Les per­son­nels, avec leurs orga­ni­sa­tions, n’accep­tent tou­jours pas le gel de la valeur du point d’indice et les pertes consi­dé­ra­bles de pou­voir d’achat, le réta­blis­se­ment du jour de carence et les 120 000 nou­vel­les sup­pres­sions d’emplois envi­sa­gées.
À de mul­ti­ples repri­ses, nos orga­ni­sa­tions se sont oppo­sées à ces mesu­res et ont mis sur la table des pro­po­si­tions alter­na­ti­ves.

 

Poursuivant leur pas­sage en force, tou­jours sans écouter les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les, le Président de la République et le gou­ver­ne­ment comp­tent faire adop­ter au Parlement, d’ici au début de l’été, une loi dite de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publi­que dont nombre de dis­po­si­tions ont une portée très grave tant pour les agent·e·s et les citoyen·­ne·s que pour l’avenir de la Fonction publi­que.

 

Il en est ainsi, par exem­ple, de la mise en place d’une ins­tance unique en lieu et place des comi­tés tech­ni­ques et CHSCT, ins­tance qui va diluer et amoin­drir les actions dans des domai­nes essen­tiels de la sécu­rité et de la vie au tra­vail. C’est aussi le cas avec la sup­pres­sion des com­pé­ten­ces des CAP en matière de pro­mo­tion et de mobi­lité, mesure qui va favo­ri­ser une ges­tion opaque et priver les per­son­nels de recours contre l’arbi­traire.

 

Avec le recours accru à tous les niveaux au contrat, c’est l’égalité d’accès aux emplois publics et les garan­ties de neu­tra­lité de l’agent public qui sont mena­cées, tandis que la pré­ca­rité sera encore aggra­vée avec des contrats de mis­sion à durée déter­mi­née pou­vant être rompu à tout moment.

 

Après des com­mu­ni­qués uni­tai­res, après le boy­cott des Conseils Supérieurs et du Conseil Commun convo­qués dans des condi­tions peu res­pec­tueu­ses des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les, après que toutes les orga­ni­sa­tions repré­sen­ta­ti­ves de la Fonction publi­que aient donné un avis défa­vo­ra­ble au projet de loi dit de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publi­que, les orga­ni­sa­tions CFTC CGC CGT FAFP FSU Solidaires UNSA réaf­fir­ment leur volonté de mettre en œuvre un pro­ces­sus de mobi­li­sa­tion ins­crit dans la durée pour exiger du gou­ver­ne­ment qu’il retire ce projet de loi et qu’il ouvre enfin des négo­cia­tions sur de nou­vel­les bases.

 

Elles confir­ment leur enga­ge­ment dans l’orga­ni­sa­tion de ras­sem­ble­ments devant les pré­fec­tu­res le jour du pas­sage du projet de loi au Conseil des minis­tres le 27 mars et à Paris, place Chassaigne-Goyon entre 12 et 14h.

Elles se rever­ront le 8 avril pour pour­sui­vre la mise en œuvre de ce pro­ces­sus.


D’ores et déjà, elles appel­lent les agent·e·s à faire du jeudi 9 mai une étape forte de ce pro­ces­sus par une jour­née d’action et de grève.

 

Paris le 20 mars 2019

 

Les orga­ni­sa­tions à ce stade non signa­tai­res du pré­sent com­mu­ni­qué ont pro­chai­ne­ment des réu­nions d’ins­tance et elles arrê­te­ront dans ce cadre leur posi­tion quant à ce pro­ces­sus d’action.

Les perturbations :

Si la mobilisation est suivie, cela aura des répercutions :

  • Dans les écoles, à la fois au niveau des accueils périscolaires et des cantines gérés par les agents territoriaux des communes, ainsi qu'au niveau des enseignants.
  • Dans les établissements de soin, même si des réquisitions seront surement mises en place pour assurer les urgences.
  • Dans une moindre mesure dans les transports, en particulier dans l'aérien où certains métiers font partie de la fonction publique.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

TST Radio en direct :

Radio associative rouennaise Pop, Rock, TST valorise les artistes indés,  les arts vivants et les initiatives locales. Talks et infos présentés par des animateurs de talent, ponctuent la programmation. 

Vers le site de TST Radio.

Notre web-tv locale :

Retrouvez plus de vidéos et toutes nos thématiques sur la page télé76


Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux :


Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.