· 

Balcons dangereux, bailleurs inconscients ?

Balcon de la résidence Sampic
Balcon de la résidence Sampic
Balcon de l'immeuble Flandres
Balcon de l'immeuble Flandres

Balcons… Jusqu'à l'effondrement ?

 Alertés par plusieurs citoyens sottevillais (Sotteville-lès-Rouen, commune de l'agglomération de Rouen), de l'état des balcons de la plus grande barre HLM de la ville, le  "Flandre", un article devenait indispensable (N'hésitez pas d'ailleurs à nous contacter dans ce genre de cas). A la fois pour relayer ce cas précis, et espérer une prise de conscience du bailleur (ICF Habitat) avant un drame, mais aussi pour faire plusieurs rappels importants concernant la sécurité des balcons.   Merci au citoyen sottevillais Alain Jobert, que vous connaissez pour ses clichés  de Vivacité notamment, pour les photos des dégâts subis par les balcons et qui fut le déclencheur des réactions des habitants en les partageant sur les réseaux sociaux.

Après la résidence Sampic, c'est le Flandres

L'immeuble "Flandres" à Sotteville-lès-Rouen
L'immeuble "Flandres" à Sotteville-lès-Rouen
Balcon de l'Immeuble Flandres à Sotteville-lès-Rouen
Balcon de l'Immeuble Flandres

  Il aura fallu des articles dans la presse pour que les choses se mettent en place dans la résidence pour personnes âgées Sampic, mais ça y est, les balcons sont en cours de sécurisation. Il faut dire qu'il était temps ! Le béton s'effritait et le fer à béton commençait à rouiller. Dangereux pour les résidents comme pour les usagés des espaces extérieurs situés en dessous.  En cause,  la vétusté desdits balcons, leur construction "séparée" de la structure du bâtiment, très en vogue dans les années 70 et l'ajout de jardinières en béton. La municipalité de Sotteville devrait prendre en charge la totalité des coûts des travaux de la résidence qui vont débuter. 

Le problème est que cette résidence n'est pas la seule a avoir des balcons vraiment dégradés, et en ce qui concerne le Flandres (Barre HLM propriété du bailleur social ICF Habitat), silence radio bien inquiétant.

 Cette grande barre, point central de la Zone Verte et de la reconstruction du Sotteville de l'après-guerre , subi les affres du temps, et c'est peu de le dire. Outre une taille surdimensionnée (280 logements) et une gestion "déshumanisée" ou les locataires se sentent mis à l'écart, à l'origine de nombreux problèmes, il faut compter avec des balcons qui sont dans un état alarmant : 

- Fer à béton rouillé et effrité

- béton attaqué, cloques et trous apparaissent. 

- Fissures nombreuses..

 

  Ces trois phénomènes favorisant la pénétration d’eau qui génère une corrosion localisée, celle-ci peut ensuite provoquer une rupture des aciers et, à terme, l’effondrement du balcon. Qu'est-ce que le bailleur attend ? Considère-on les résidents de ces grandes barres HLM comme des habitants de second ordre ?

Quelques réactions des habitants :

  Commentaires sur les réseaux sociaux et propos recueillis sur place :

" Le Flandres n'intéresse pas car ce sont des gens pauvres et qui n'ont pas la tête à s'organiser pour faire valoir leurs droits quand on vit dans la précarité on a autre chose à penser et ses crapules de bailleurs et d'autorités le savent bien "

" Il faut faire une pétition et en parler, c'est trop dangereux "

" Dommage que des experts ne viennent pas voir cela de plus près... "

" On arrête pas de signaler tout ce qui ne va pas dans notre immeuble, y compris les balcons, mais rien ne bouge, on dirait qu'ils attendent un accident !"

" Je n'ose plus aller sur mon balcon et j'interdis à mes enfants d'y aller, on vit dans la peur ! "

Conseils et infos : Comment prévenir les chutes de balcons

(Infos issues du blog du groupe Ginger : https://www.over-view.fr)

 

Heureusement les chutes de balcons sont rares, mais quand cela arrive les conséquences sont souvent dramatique. Hors la plupart du temps une simple observation permet de savoir qu'il est tant de faire appel à un spécialiste, pour inspecter plus en détail et le cas échéant prévoir des travaux.  Voyons ensemble les divers points à observer décrits sur le blog  du groupe Ginger (ingénierie de prescription en France) :

 

- Éclatement de nez de balcon

Fréquemment, les nez des balcons sont détériorés en raison de l’éclatement des bétons par poussée des fers : des épaufrures en nez de dalle peuvent alors être observées. Pour la plupart, elles sont la conséquence d’une armature de trop gros diamètre et/ou, insuffisamment enrobée par le béton.
Si elles n’impliquent pas de danger immédiat pour la stabilité du balcon, elles provoquent des éclats de bétons menaçants pour les personnes qui seraient exposées à leur chute. De plus, ces épaufrures participent à la perméabilisation du béton armé, occasionnant la corrosion des armatures en dalles et fragilisant la pérennité de la structure.

 

- Apparition de fissures

 Quatre types de fissures peuvent apparaître sur les balcons :

 Les fissures parallèles à la dalle en porte-à-faux trouvent leur origine dans une insuffisance de section d’acier ou un mauvais positionnement de ces derniers ;

Les fissures en partie supérieure de la dalle et perpendiculaires à l’appui résultent de l’absence de joints de fractionnement ;

Les fissures horizontales entre le garde-corps en béton et le balcon sont provoquées par le retrait du béton ;

Les fissures horizontales à la jonction entre dalles et garde-corps sont dues à une insuffisance d’aciers ;

 Ces fissures favorisent la pénétration d’eau qui génère une corrosion localisée. Celle-ci peut alors provoquer une rupture des aciers et, à terme, l’effondrement du balcon.

 

- Infiltration d’eau

L’étanchéité des balcons ne répond à aucune règle imposée aux constructeurs. Il appartient donc au concepteur du projet de construction de décider de sa nécessité, en fonction de la zone climatique et de l’exposition aux intempéries.
Les infiltrations surviennent principalement au travers de la dalle au droit de la façade ou au travers des seuils de portes-fenêtres et peuvent provoquer une pénétration de l’eau à l’intérieur de l’habitation, au niveau du balcon ou au niveau inférieur.

Les infiltrations en sous-face de dalle sont souvent liées à une fissuration et se manifestent par l’apparition de stalactites en sous-face. Ces dépôts de carbonate de calcium amènent alors à une réduction du pH de la matrice ciment hydraté et favorisent la corrosion des armatures en acier, et donc une potentielle chute du balcon.

 

Le site de Ginger rappel également qu’une inspection systématique tous les cinq ans est fortement recommandée pour déceler les désordres parfois peu visibles. Lorsque les façades sont en mauvais état, une intervention immédiate est fortement conseillée. Une fois les balcons réparés et renforcés, les inspections visuelles tous les 5 ans permettrait de vérifier les opérations mises en œuvre.


Commentaires: 0