· 

Rencontre BD: Marialexie

Marialexie

La rencontre

Illustratrice et auteur engagée, drôle et talentueuse, il me tardait de découvrir Marialexie, ses BD et son univers si singulier.... Zombie, espionnage, sexualité débridée....

Sans oublié un humour souvent présent et de beaux rappels à ma jeunesse vidéo-ludique des années 80/90.

Le rendez-vous fut pris pour le 10 novembre 2017 au Café dessiné sur Rouen, un lieu que j'ai découvert pour l'occasion et dont nous reparlerons très bientôt car vraiment sympa. Dès les premiers instants, ce que l'on remarque, c'est la malice et la passion qui se dégagent du regard de notre auteur.

Et comme toujours dans mes rencontres artistiques, la discussion dura bien plus longtemps que prévu, parlant de tout: ses engagements, son art, son gout pour les jeux vidéos et les films d'actions et de zombis, mais aussi son sentiment sur la perception de son travail et son engagement, de part son œuvre, auprès de la communauté LGBT... 

Bien sur Marialexie est bourrée de talent, et le met au service de choses loin d'êtres anodines, mais surtout elle ne se prend pas au sérieux, et l'humour n'est jamais loin. Cette jeune femme n'est certainement qu'au tout début d'une carrière très prometteuse et sans compromis. Que ça fait du bien!!!!

La bio

Marialexie qui a aujourd'hui 32 ans, a commencer à se passionner pour les mangas toute jeune, à 10 ans, grâce à son grand frère qui lui fit découvrir entre autre, dragon Ball. elle accrocha à la simplicité du trait mêlée à la folie et l'humour des scénarios. Un an après cette première découverte, elle se mit à dessiner, se basant sur l'œuvre d'Akira Toriyama, le papa de Dragon Ball justement.

Puis à 13 ans elle découvrit d'autres univers plus "sérieux" comme Gunm ou Berserk, dont l'apparence violence pousse en fait à une plus grande réflexion. La jeune poursuit donc son apprentissage du dessin (proportions expressions..) en optant pour des personnages plus travaillés.

A cette époque elle découvre aussi les films d'action (Terminator et Mad Max en tête), les jeux vidéos (Street 

Of Rage notamment), et les films de zombis (De Romero notamment), ce qui influencera profondément son travail ensuite, tant dans les dessins, que les scénarios.

En effet dès ces 15 ans elle écrivit ses premières histoires, dont il reste aujourd'hui le gout pour le suivi à long terme de ses personnages. S'en suit le lycée, époque de découvertes, de recherches... ses premières histoires de vampires, l'attrait pour le fantastique, loin, très loin du quotidien... Mais aussi le début d'une nouvelle passion, les homo-fictions, dont elle propose aujourd'hui sans doute l'une des meilleures séries.

Sauf qu'a l'époque les homo-fictions sont tournées exclusivement sur les histoires entre filles, et souvent n'abordent que des thèmes superficiels, "à l'eau de rose".... Et ça très peu pour Marialexie.

 Lui vient donc l'idée de créer un personnage central gay, viril, auquel même les hétéros peuvent s'identifier, et qui ne tombe pas dans le cliché. 

Pleins d'idées donc, mais en dehors du dessin, après le lycée que fait notre amie? 

Tout d'abord les beaux art de Rouen, de 2004 à 2009, y apprenant la photo, la vidéo, les montages et collages...

Ca c'est pour le positif, le négatif est qu'à l'époque du moins le "petit monde des arts plastiques officiels" était très clairement BDphobe, et jamais elle ne put s'épanouir au sein de l'école. 

Ensuite, et depuis elle travail dans des lieux culturels, accueillant les visiteurs et leur prodiguant ses savoirs. Cette activité lui laissant le temps nécessaire à l'écriture et au dessin, elle se mit à proposer assez tôt ses premières séries, une humoristique et une autre consacrée aux zombies. Ce sont les débuts, et elle reconnaît s'être même légèrement auto-censurée de peur de la réception du public à son travail.

A ce moment la, si les personnages sont la, la série action gay, n'est pas encore prête, ou plutôt, la jeune fille n'est pas tout à fait certaine de l'assumée pleinement.

  Ce qui n'est que partie remise, et peu de temps après, non seulement elle assume, mais propose une série vraiment réussie.

S'en suit de nouveaux tomes de chacun de ses univers, de nombreux salons pour les présenter, et curieusement d'ailleurs principalement des salons ou stands LGBT, qui semblent avoir vu sans doute avant les autres tout l'étendu du talent de la jeune femme.

Un trait précis, des émotions retranscrites à la perfection, un univers sombre qui laisse malgré tout une belle part à l'humour, et surtout des histoires dont le sens va plus loin que ce que l'on pourrait croire. Le combat à la fois pour les droits de la communauté LGBT, des femmes...

Et ce de belle manière, subtile, simplement en montrant des héros et héroïnes, qui n'ont rien a envier en terme d'attachement, de personnalité et d'intelligence aux héros dit "classiques".

Certains demanderont, pourquoi ces combats, pourquoi des homo-fictions aussi, alors que Marialexie est hétéro, mariée etc...? Question absurde, mais entendue alors que je préparais la bio. Je répondrais simplement que notre auteur est simplement elle-même, parle de ce qu'elle aime, et que de toute façon à l'inverse la question ne se poserais même pas, dans le cas d'un homme qui raconterais des histoires de lesbiennes, de zombis etc...  Et puis pour éliminer les soucis à la base, que ce soit de censure, de critiques, elle s'autoproduit, choix judicieux, d'autant que cela lui permet de choisir ses collaborateurs(trices) pour les maquettes, et couleurs (le point qu'elle n'aime absolument pas faire). 

Et non seulement Marialexie est passionnée, mais elle est aussi passionnante!

Et cette liberté est tellement salutaire, j'ai vu plusieurs jeunes qui se posaient des questions, sur leur sexualité, leurs gouts, et qui grâce à son travail, on pu avoir quelque aiguillage, un sentiment de ne pas être seule... Pour cela, un grand merci Marialexie.


La suite:

(Au 10 11 2017, jour de notre rencontre)

 

La suite pour Marialexie, c'est forcement espérer pouvoir vivre de la BD, rêve pouvant devenir réalité, vu le talent! 

La suite c'est également un retour dans les festivals et salons qu'elle aime, pour être au contact de son public, échanger avec d'autres artistes, faire d'intéressantes rencontres humaines... Citons parmi ceux ou vous risquez fortement de la croiser: NormandieBulle à Darnetal, Bulle de Panorama à Rouen, Salon des images et bd LGBT de Paris, Festival BD de Doures en Belgique, et forcément pleins d'autres..... Sans oublier Angoulême ou elle présentera le nouvel opus de Suicide Touristique.

Marialexie à aussi lancée un financement participatif pour le tome 3 de sa série zombies: ESAZ, et prépare pour courant 2018 un album pour public averti inspiré de la mythologie grec. Sachant que chacune de ses série est portée avec amour, et propose un univers profond, on peut supposer qu'elles vivront de nombreuses années encore, pour notre plus grand plaisir! 


Marialexie sur la toile:


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Marialexie (mardi, 21 novembre 2017 07:01)

    Wow, nom de Zeus, superbe interview dit donc ! La classe à Vegas ! :D
    A une prochaine ! :)

N'hésitez pas à proposer vos initiatives, événements, découvertes et coups de cœur concernant la Seine-Maritime, le site est citoyen et participatif!


Retour de la pub? Et oui, mais très peu.... Simplement car les frais liés au site (hébergement, matériel...) comme le temps passé par tous les collaborateurs, nécessitent de trouver des sources de revenus.

Pour le moment, les services et la boutique ne sont pas suffisants... Mais promis nous allons contrôler les pubs de la régie.

Et si les autres sources de revenus liées directement à notre travail deviennent suffisantes, alors nous supprimerons cette pub.

Et avec ou sans pub la rédaction, les agendas, fiches et autres articles sont toujours écris bénévolement bien entendu.


Les derniers articles de l’espace News'n'Blog


Nous suivre sur les réseaux sociaux:





*Les livraisons vertes (en vélo, transports en commun, marche, ou achats groupés aux réunions alternatives76.fr) de La Petite Boutique concernent pour le moment, exclusivement les villes suivantes de l'agglomération rouennaise: Bihorel, Bonsecours, Canteleu, Darnetal, Grand-Couronne, Grand-Quevilly, Mont-Saint-Aignan, Oissel, Petit-Couronne, Petit-Quevilly, Rouen, Saint-Etienne-Du-Rouvray, Sotteville-Lès-Rouen.