· 

Le parc de Clères par l'écrivain Dominique Letellier

Parc de Clères

La fiche et les photos sont de Dominique Letellier, romancière que l'on adore,qui nous offre sa vision du parc, après plusieurs visites.

Parc de Clères

32, avenue du Parc à Clères

Tél : 02.35.33.23.08

Site : www.parcdecleres.net

Horaires : Mars et Octobre 10h-12h / 13h30 – 18h30, Avril à Aout 10h – 19h, Septembre 10h – 18h30, Novembre 13h30 – 17h30

Le Parc de Clères enchante les petits et les grands !

Allée près du Château, Parcde Clères, photo de Dominique Letellier

A votre arrivée à la gare de Clères, voici le silence puisque le bâtiment se situe à l'écart. Un silence ? Non, en descendant la rue vers le centre de la commune, des criaillements vous surprennent derrière ces arbres : les paons du parc vous saluent déjà !


Sur la place principale de la commune de 1 354 habitants, les Halles du XVIIIe siècle, ouvertes aux quatre vents, vous attendent. A leurs côtés, la Clérette, petite rivière, surprend avec ses bacs fleuris, sa végétation au cœur de son lit.

Sans conteste, Clères vous invite à arpenter également ses rues, aux maisons tranquilles, certaines à l'architecture typique normande.


Pourtant, dès le matin, je vous conseille de vous rendre à son fameux parc ; comptez dix à quinze minutes à pied depuis la gare. Après les murs d'enceinte, une courte allée débouche sur une maisonnette en bois qui abrite le guichet, accessible depuis l'extérieur.


A gauche, la visite commence par cette allée couverte de gravillons. Les arbres, les haies taillées, les massifs de fleurs vous accompagnent. Un Château construit à la fin du XVe siècle et remanié au 19e siècle se dévoile.

Fiche parc de Clères, infos, histoire.. par la romancière Dominique Letellier, pour alternative76.fr

Né en 1890 Jean Delacour a étudié la botanique et la zoologie, notamment à la Sorbonne. En 1919, il achète le domaine de Clères. Le parc est redessiné par Henry-Avray Tipping, un architecte paysagiste anglais. Grâce aux nombreux voyages du propriétaire du territoire, la collection d'oiseaux compte jusqu'à 3 000 spécimens en cinq cents espèces. De nombreux mammifères viennent vivre à Clères en toute quiétude.

 

La Seconde Guerre mondiale détruit en partie le havre de paix et des animaux sont sacrifiés.

Peu à peu, le parc retrouve son aura, de nouvelles espèces sont accueillies. Devenu correspondant pour des zoos américains, auteur de multiples articles et ouvrages, Jean Delacour ne cesse de participer au développement du parc. En 1966, il le cède au Museum d'Histoire Naturelle de Paris qui le vendra pour un euro symbolique au département de la Seine-Maritime en 1989.


Vous traversez ce petit pont de bois, pénétrez dans une zone du parc et vous devinez l'ombre de Jean Delacour : les oiseaux vous encerclent.

 

A gauche, dans la Clérette, ils se baignent ; à droite, ils jouent, se nourrissent, se dorent au soleil. Vous poursuivez votre chemin et vous croisez les paons, des pélicans, des grues, etc. Des panneaux vous donnent des explications sur la faune, la flore. Les arbres se dressent sur cette pelouse bien entretenue.

 

Voyez ce magnifique lac avec, surtout, des flamants roses ! Une île abrite des makis que vous apercevrez sautant de branches en branches. L'étendue d'eau est surplombée par une colline, des chemins qui ne sont plus accessibles aux fauteuils roulants vu la pente. Fidèles compagnons, mais bruyants, les paons déploient leurs plumes bleues, vertes alors que vous finissez de contourner le lac. A votre gauche, d'autres oiseaux vivent dans des espaces clos. A droite, vous longez cette rivière pour tenter de prendre en photo ces makis taquins. Des bancs vous permettent de souffler, de consulter le plan offert à l'entrée.

 

Si vous avez continué cette longue allée, vous avez le choix de rejoindre d'autres wallabies ou, tout droit, vos pieds découvrent une place dallée. Elle entoure un manoir à pans de bois du XVIe et du XVIIe siècles, une cohue (bâtiment où se rendait la justice du baillage de Clères) et ce grandiose château restauré du XVe siècle, déjà mentionné. Les expositions ponctuelles ont lieu dans les salles de ce dernier.

 

Grâce à un porche, vous accéderez  :
* aux toilettes gratuites et propres (d'autres se trouvent à l'entrée du parc)
* à une boutique où d'adorables animaux en peluche seront heureux de vous adopter !

Moi, j'ai craqué pour des singes, un makicatta, une chouette et un panda roux !
* à un distributeur de boissons chaudes : je vous recommande le cacao/menthe, absolument délicieux et à un prix bas, 50 centimes.

* à une vaste terrasse, pourvue de massifs fleuris, de haies taillées (qui protègent une statue), de tables avec chaises/parasols et de chaises longues. Ici, vous pouvez manger, avec cette nature autour de vous.

Les animaux ne sont pas présents pour des raisons évidentes.

D'ailleurs, il est interdit de pique-niquer ailleurs dans le parc.

 

Le déjeuner est fini ? Revenons à cette place dallée ! Une grille débouche sur une énième allée gravillonnée.

D'un château médiéval, il ne subsiste que de rares ruines, d'où se dégage une forte émotion. Vous avez la possibilité de sortir du parc, de retourner vers les wallabies et le fond du parc, ou de vous diriger vers des enclos.


Après avoir monté une allée, vous parvenez à un premier enclos : différents singes vous montrent leur agilité avec les branches de leur habitat ou se  câlinent !De nouv elles sentes vous conduisent vers les volières ; certains oiseaux ont des couleurs sensationne lles et ils sont si proches de vous que vous pouvez les examiner aisément. Au détour d'un chemin, un autre enclos dont les barrières sont naturelles : à ma dernière visite en août 2016, deux pandas roux se reposaient sur de gros branchages. Ils sont si mignons que vous aurez des difficultés à les quitter !!! Récemment, un ouistiti pygméen a rejoint les quatre primates présents : les makicattas, les gibbons

à favoris, les hapalémurs, les tamarins empereurs. En dehors de ces enclos, les animaux avec des poils, avec

des plumes sont vraiment nombreux et en liberté, ce qui représente un atout premier du parc de Clères.

Infos et conseils pratiques de Dominique Letellier

Mes conseils :

- Venez dès l'ouverture du parc. Vous n'attendrez pas à l'entrée pour votre billet et vous aurez le loisir de profiter tranquillement de votre visite, de prendre du temps pour admirer chaque animal.

- Comptez partir vers 16h00.

Vous pouvez venir :
- en train au départ de la gare de Rouen : ligne Rouen/Dieppe. Il faut 20 minutes en TER.
- en voiture : vous avez la possibilité de vous garer face au parc (le parking est petit) ou dans la ville
- en car. Il existe une ligne au départ de la Gare Routière de Rouen, et non au départ du Quai, comme mentionné sur certains horaires. La ligne figure parmi les "Lignes à 2 euros".

 

Autres détails pratiques :
- Le parc accepte les "cartes Ambassadeur 76" pour l'entrée : une visite payée contre une entrée gratuite !

Génial si vous êtes deux !
- Prévoyez une bonne paire de chaussures, une gourde, votre pique-nique pour déjeuner sur la terrasse et l'appareil photo

- Ne donnez pas à manger aux animaux !
- Une partie du parc est accessible aux fauteuils roulants, mais souvenez-vous : des allées montent fortement !
http://www.parcdecleres.net vous fournira des informations complémentaires pour préparer votre visite.

Les animaux du parc

Petit aperçu de Clères, de la gare au centre

Extraits du Guide Bleu de Normandie, 1939


Écrire commentaire

Commentaires: 0

TST Radio en direct :

Radio associative rouennaise Pop, Rock, TST valorise les artistes indés,  les arts vivants et les initiatives locales. Talks et infos présentés par des animateurs de talent, ponctuent la programmation. 

Vers le site de TST Radio.

Soutenir le projet sur leetchi :

Ce projet en tant qu'initiative citoyenne, sans financement extérieur ni subvention, coute plus qu'il ne rapporte, malgré la pub mais aussi des ateliers et autres activités qui couvrent une partie des frais.  Règlement annuel du CMS/hébergeur du site, impressions de photos et documentation pour divers événements et causes, frais de transports,   réparation de matériel... les couts grimpent vite, et ce malgré une rédaction  100% bénévole. Voila pourquoi nous avons besoin de vous, pour maintenir ce projet qui nous tiens à cœur. Vers la cagnotte Leetchi. Autre moyen de nous soutenir : désactivez votre bloqueur de pubs. Et bien sur, s'il n'y a pas de nouvelles sessions acoustiques et reports ces jours-ci, c'est à cause de l'appareil photo hs…. Donc n'hésitez pas, pour nous permettre de racheter un boitier, c'est l'urgence du moment ! D'autant que l'appareil sert pour les reportages, les sessions, mais aussi pleins d'actions bénévoles ( ateliers, suivi de la saison des enfants au Stade Sottevillais etc..) Bonne journée tout le monde !


A la Une sur le site :

Retrouvez nous aussi sur les réseaux sociaux :


Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.